/ My Information /

My Cart

SSJ Home

Original Research

Islam, Hijab and Young Shia Muslim Canadian Women’s Discursive Constructions of Physical Activity



251 – 267

This article focuses on the results of a study exploring young Shia Muslim Canadian women’s discursive constructions of physical activity in relation to Islam and the Hijab. The aims of the study were primarily informed by feminist poststructuralist and postcolonial theories. Poststructuralist discourse analysis was used to analyze the transcripts of conversations with 10 young Hijab-wearing Shia Muslim Canadian women. The results show that the participants discursively constructed physical activity in terms of being physically active (involved in fitness activities rather than sport), feeling good about themselves (i.e., being physically and mentally healthy), and losing weight or remaining “not fat.” The participants mentioned that they would choose Islam over physical activity if they had to make a choice between the two. Participants strongly resisted the Islamophobic discourse present in Canada, and appropriated an intersectional discourse that legitimates their refusal to choose between their right to religious freedom and their right to physical activity.

Cet article porte sur les jeunes femmes canadiennes de religion chiite et sur leurs constructions discursives de l’activité physique en lien avec l’Islam et le port du Hijab. L’étude a été réalisée à partir d’un cadre théorique poststructuraliste et postcolonial. Une analyse poststructuraliste du discours a été utilisée pour inves­tiguer les transcriptions de conversations avec 10 jeunes canadiennes de religion chiite qui portent le foulard. Les résultats sont à l’effet que les participantes ont construit discursivement l’activité physique en termes d’être physiquement acti­ves (elles s’intéressent aux activités de conditionnement physique plutôt qu’au sport), de se sentir bien (i.e., être en santé aux plans mental et physique), et de perdre du poids ou de maintenir leur minceur. Les participantes ont mentionné qu’elles choisiraient l’Islam plutôt que l’activité physique si elles devaient faire un choix. Elles ont démontré une forte résistance au discours islamophobe qui prévaut au Canada et ont approprié un discours qui reconnaît simultanément les divers systèmes d’oppression (patriarcat, racisme, sexisme). Ce dernier discours est utilisé pour légitimer leur refus de choisir entre leur droit à la liberté religieuse et leur droit à l’activité physique.


Authors: Nisara Jiwani, Geneviève Rail

If you are a subscriber, please
sign in to view the article.



USD NZD GBP CAN EUR AUS