Spécificités socio-politiques et culturelles de la destinée d’un jeu de balle traditionnel rural français: la non-sportivisation de la soule (choule)

in Sport History Review
Restricted access

Purchase article

USD  $24.95

Student 1 year subscription

USD  $52.00

1 year subscription

USD  $69.00

Student 2 year subscription

USD  $98.00

2 year subscription

USD  $128.00

La soule, aussi dénommée choule, sole ou chole selon les lieux et les époques en France, peut être assimilée à un jeu d’affrontement rural déployant une certaine « violence » entre deux groupes d’individus. Il s’agit de porter une « balle », par presque tous les moyens, dans une grange, un étang ou, plus généralement, dans un lieu désigné à l’avance. Le jeu se déroule alors à certains jours « marqués » (dimanche, Pâques, Noël…). Toutefois, il décline entre le XVIIIe et le XIXe siècle alors qu’il était fortement pratiqué dans certaines régions au point de s’éteindre presque complètement. Par contre, il continue à être pratiqué outre-Manche et, de surcroît, ouvre sur le rugby et le football. Pourquoi cette pratique traditionnelle ne s’est-elle pas sportivisée en France? Á partir de l’étude d’un certain nombre de sources originales, bien que rares et éparses, il est possible d’avancer l’idée que ce jeu, malgré certaines diversités locales, ne s’est pas « sportivisée » dans ce pays parce qu’une forme particulière de pratique s’est répandue développant des caractéristiques peu favorables à une transformation « sportive ». Dès lors, et par comparaison avec sa consœur britannique, quelques raisons spécifiques au contexte français d’ordre géo-politique, social et culturel limitant les modifications d’une telle pratique sont avancées.

The author is with the Université de Bordeaux, Bordeaux, France.

Address author correspondence to Jean-François Loudcher at jean-francois.loudcher@u-bordeaux.fr.